Study: COVID-19 booster enhances IgG mediated viral neutralization by human milk in vitro. Image Credit: BaLL LunLa/Shutterstock.com

Le rappel du COVID-19 améliore les anticorps neutralisant le virus dans le lait maternel, révèle une nouvelle étude

Dans une étude récente publiée dans Frontières, les chercheurs ont étudié le potentiel de neutralisation virale de la transmission et des immunoglobulines G (IgG) des produits de rappel (anticorps) de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) transmis de la mère à la progéniture par le lait maternel.

Ils ont évalué les concentrations d’IgG d’échantillons de lait, de plasma et de selles de 24 nourrissons et 34 mères vaccinées, dont 14 ont reçu des doses de rappel du COVID-19 au cours de l’étude.

​​​​​​​Étude: Le rappel du COVID-19 améliore la neutralisation virale médiée par les IgG par le lait maternel in vitro. Crédit d’image : BaLL LunLa/Shutterstock.com

Arrière-plan

Les résultats de l'étude révèlent que la vaccination de rappel a considérablement augmenté les niveaux d'IgG dans les échantillons de lait maternel et de selles des nourrissons par rapport aux participants non vaccinés.

In vitro des expériences de neutralisation utilisant un pseudovirus de type coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) montrent une augmentation de 60 % de l'efficacité de la neutralisation virale après le rappel du COVID-19, soulignant le potentiel du lait maternel dosé en rappel pour augmenter l'immunité autrement faible des nourrissons contre cette terrible maladie.

Le rôle de la vaccination maternelle dans l’immunité du nourrisson

La pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est l’une des épidémies les plus graves de l’histoire de l’humanité, faisant près de 7 millions de morts et affaiblissant des centaines de millions d’autres depuis sa découverte fin 2019.

Alors que le développement et l’administration rapides à l’échelle mondiale de vaccins anti-COVID-19 ont considérablement réduit les impacts de la maladie, les nourrissons constituent une cohorte vulnérable car ils sont trop jeunes pour les vaccinations conventionnelles, et cela est aggravé par leur système immunitaire sous-développé.

Il a été démontré que la vaccination des mères pendant l'allaitement confère efficacement à leurs nourrissons une protection contre un certain nombre de maladies virales, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis recommandant l'intervention contre la coqueluche, le virus respiratoire syncytial (VRS), la grippe, et plus récemment, le COVID-19 (bien que jusqu’à présent, il y ait peu ou pas de preuves étayant cette dernière).

Des travaux antérieurs du présent groupe de recherche ont établi la présence d'immunoglobulines G (IgG) et d'anticorps IgA du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) dans le lait maternel et les matières fécales des nourrissons, Halasa et ses collègues validant les avantages du COVID maternel. -19 vaccination dans l'immunité infantile peu après en 2022.

Malheureusement, des études ultérieures ont révélé que cette immunité était de courte durée, les preuves suggérant une baisse substantielle de la concentration d’anticorps six mois après la vaccination.

Bien que les doses de vaccin de rappel à ARNm se soient révélées essentielles au maintien de l’immunité des adultes contre la pandémie, l’efficacité de la transmission et de la neutralisation virale des anticorps anti-COVID-19 dérivés du rappel et transmis par le lait maternel reste inconnue.

À propos de l'étude

La présente étude vise à évaluer les titres d'anticorps contre le SRAS-CoV-2 dans le lait et le plasma de la mère (après la réception du vaccin de rappel) et dans les selles de leurs nourrissons.

Ils utilisent en outre in vitro tests de neutralisation virale pour élucider l'efficacité de ces anticorps dans l'éradication du VSV-gfp-SARS-CoV-2-S-gp, un pseudovirus de type SARS-CoV-2. L’étude a été menée à l’Université de Floride entre décembre 2020 et mai 2022.

Elle comprenait 39 mères allaitantes et 25 nourrissons, dont 34 et 24 ont été inclus dans les analyses finales (en raison du manque de données complètes sur les participants manquants).

Les données de l'étude comprenaient les données démographiques de la mère et du nourrisson, les antécédents familiaux et médicaux, ainsi que les effets secondaires de la vaccination, collectés via des questionnaires remplis par les participants.

De plus, des échantillons de sang (pour le plasma), de lait et de selles ont été prélevés lors du recrutement et à chacune des sept séances de suivi incluses dans la conception de l'étude.

Parmi la cohorte incluse, 14 mères ont reçu une dose de rappel d’ARNm et constituaient les cas contre lesquels les témoins non vaccinés de rappel ont été comparés.

Des tests immuno-enzymatiques (ELISA) ont été utilisés pour mesurer les titres d’IgA et d’IgG dans des échantillons de plasma, de lait et de matières fécales.

Un virus de la stomatite vésiculaire exprimant la glycoprotéine Spike du SRAS-CoV-2 (VSV-gfp-SARS-CoV-2-S-gp) ainsi qu'un récepteur ACE2 humain compétent pour l'infection exprimant des fibroblastes rénaux de bébé hamster (cellules BHK) ont été utilisés pour in vitro essais de neutralisation.

Le test MTT (bromure de 3-(4,5-diméthylthiazol-2-yl)-2,5 diphényltétrazolium) a été utilisé pour mesurer l'efficacité de la neutralisation des anticorps. Des tests modifiés de réduction de la plaque ont été effectués pour confirmer les résultats du MTT.

Résultats de l'étude

Les analyses de données démographiques ont révélé que la plupart des 34 mères et des 14 nourrissons inclus étaient des femmes blanches non hispaniques (âge moyen : 30 ans et 10 mois, respectivement).

Il a été observé que les doses de rappel du vaccin augmentent considérablement les concentrations d’IgG dans les échantillons de lait, de plasma et de sang.

Bien qu’il ait également été démontré que les taux d’IgA persistaient au-dessus des niveaux d’avant la vaccination après l’administration de rappel, ces augmentations se sont révélées plus modérées. Ces résultats ont été reflétés lors de l’évaluation des titres d’immunoglobulines des échantillons de selles des nourrissons.

« Tout au long de la période de 12 mois, nous avons observé une réponse moins dynamique des taux d'IgA dans le lait maternel et dans le plasma. Le rappel a principalement déclenché une augmentation des taux d'IgG, indiquant un changement dans la réponse immunitaire vers une protection plus forte médiée par les IgG contre le SRAS. -CoV-2. »

Les corrélations de Spearman montrent en outre que les concentrations d'IgG dans le lait et le plasma sont corrélées, ce qui suggère que l'une peut être utilisée comme substitut de l'autre dans les situations où des échantillons de sang ou de lait spécifiques ne sont pas disponibles pour l'analyse.

Ces résultats mettent également en évidence une réponse du titre d’IgG dépendant du temps, les concentrations d’IgG diminuant progressivement au fur et à mesure de la durée suivant la réception du rappel.

Notamment, in vitro les tests de neutralisation ont révélé une augmentation significative de l'efficacité de la neutralisation des IgG dérivées du lait et du plasma, avec des améliorations estimées à 60 % et 90 %, respectivement.

La validation de ces résultats à l'aide d'expériences de déplétion en IgG dans le lait a montré que l'efficacité de la neutralisation virale des échantillons de lait a diminué de manière significative après la déplétion en IgG.

 » Nos résultats, issus à la fois du test de réduction de la plaque dentaire et du MTT, montrent que la survie cellulaire et l'activité cellulaire sont protégées et préservées dans les cellules traitées avec du plasma ou du lait boosté pendant une infection in vitro par VSV-gfp-SARS-CoV-2-S-gp. « 

Conclusions

La présente étude corrobore des recherches antérieures soulignant les avantages de la vaccination maternelle pour réduire le risque d’infection au COVID-19 chez les nourrissons allaités.

Plus particulièrement, il met en évidence le potentiel des doses de rappel anti-COVID-19 à plus que compenser les baisses d'efficacité des IgG en fonction du temps, évidentes à travers les impacts des rappels sur les titres d'IgG dans le plasma, le lait et les selles du nourrisson.

« Bien que de futures études soient nécessaires pour élucider pleinement les mécanismes spécifiques par lesquels les IgG luminales confèrent une protection au nourrisson, ces travaux mettent en évidence le rôle protecteur des IgG dérivées du lait maternel. Nos études actuelles s'ajoutent au corpus existant de la littérature, soulignant davantage l'importance du lait maternel. -IgA et IgG dérivées pour promouvoir la santé des nourrissons.