Une femme se prend la tête avec fureur.

Les enfants vous rendent fou ? Essayez ces conseils scientifiques de gestion de la colère pour les parents

Vous êtes en retard au travail, votre enfant de huit ans ne trouve pas les devoirs qu’il était censé avoir mis dans son sac d’école hier soir, votre enfant de quatre ans s’oppose au t-shirt bleu que vous avez préparé et veut l’autre nuance de bleu, puis vous marchez sur une pièce de Lego qui n’a pas été emballée quand vous l’avez demandé.

Même si vous n’avez pas rencontré cette situation exacte, le simple fait d’y penser peut vous rendre nerveux. Être parent s’accompagne de nombreuses émotions. La colère et la frustration ne sont pas rares et peuvent avoir été exacerbé par les facteurs de stress de la pandémie de COVID-19.

Il n’y a rien de mal à ce que les enfants voient leurs parents vivre et gérer différentes émotions. Mais lorsque se mettre en colère, crier et crier sont une réponse par défaut, cela peut avoir des conséquences négatives pour les enfants (et les parents).

Voici ce que vous pouvez faire à la place.

Lorsque vous vous fâchez, crier et crier sont une réponse par défaut, c’est un problème.
Photo de David Garrison/Pexels, CC PAR

Quand la colère est-elle un problème et quels sont les enjeux ?

La colère est un problème lorsqu’elle est trop fréquente, trop intense ou lorsqu’elle perturbe vos relations.

L’hostilité parentale a été associée à :

Une étude a révélé que les enfants qui recevaient une discipline verbale sévère étaient susceptibles d’éprouver plus de symptômes de dépression et de problèmes de comportement à l’adolescence.

La propension d’un parent à réagir émotionnellement peut augmenter la probabilité que les parents réagissent plus durement, punissent excessivement leur enfant ou le giflent.

Des recherches approfondies ont montré que la fessée est nocive pour le développement des enfants.

Réduire le risque de conflit

La parentalité n’est pas facile et ne vient pas avec un manuel. De nombreuses situations quotidiennes peuvent contribuer à l’irritation et à la colère des parents.

La meilleure façon de gérer la colère est d’essayer de réduire la probabilité que ces situations se produisent.

Les programmes de parentalité axés sur des pratiques parentales positives peuvent améliorer la vie des enfants, parents et famillesdiminuer colère des parents et réduire le risque de maltraitance. De nombreux programmes parentaux fondés sur des données probantes sont disponibles.

Les stratégies importantes pour réduire la probabilité que des problèmes surviennent en premier lieu comprennent :

  • se concentrer sur le positif

  • construire des relations solides avec les enfants

  • communiquer efficacement

  • faire l’éloge des enfants

  • enseigner aux enfants les compétences d’indépendance

  • mettre en place des routines familiales efficaces

  • avoir des règles et des limites claires et les accompagner de conséquences appropriées.

Un père et son fils sont placés sur un fond de coucher de soleil.
L’établissement de relations solides avec les enfants a réduit le risque de problèmes survenant en premier lieu.
Shutterstock

Prendre soin de soi

Il est beaucoup plus difficile d’être calme, patient et persévérant lorsque les besoins des parents ne sont pas satisfaits et lorsque les parents sont stressés ou sous pression.

Un aspect important de la gestion de la réactivité émotionnelle est de veiller à votre propre bien-être.

Prenez du temps pour vous, équilibrez vos responsabilités professionnelles et familiales, et parlez à votre partenaire ou à d’autres aidants et aidez les gens à trouver du temps pour vous.

Stratégies basées sur approches cognitivo-comportementales – tels que des exercices de relaxation et de respiration – peuvent également être des moyens utiles de réduire la colère.

Une femme marche dans la brousse.
Il est important que les parents prennent du temps pour eux-mêmes, dans la mesure du possible.
Shutterstock

OK, mais j’ai encore besoin d’aide pour gérer ma colère sur le moment. Et maintenant?

Donc, vous avez suivi le programme parental, vous prenez soin de vous et vous avez encore du mal à maîtriser votre colère. Cette pièce de Lego fait vraiment mal et combien de fois devez-vous demander que les choses soient emballées de toute façon ?

Parfois, même les meilleures stratégies de préparation et de prévention peuvent ne pas éviter un problème particulier, il est donc important d’avoir un plan de ce que vous pouvez faire à ce moment-là.

Lorsque la fureur fait rage en vous, commencez par prendre quelques respirations profondes. Se concentrer sur la relaxation des muscles ou compter jusqu’à dix – tout ce qui peut ralentir votre réaction émotionnelle – peut être utile.

Rappelez-vous que votre enfant n’a pas fait cela exprès et que même si c’est frustrant, vous restez calme.

Ce que nous nous disons à propos d’une situation et pourquoi elle s’est produite peut également augmenter nos sentiments de colère.

La recherche montre que les attributions que nous faisons – c’est-à-dire les explications ou les raisons que nous avons des situations ou du comportement de notre enfant – peuvent jouer un rôle important dans la façon dont nous réagissons émotionnellement.

Par exemple, si vous pensez que votre enfant essaie délibérément de vous rendre la vie misérable avec ses choix de t-shirts, vous êtes plus susceptible de vous sentir en colère.

Si, au contraire, vous vous dites : « C’est important pour eux et ils ne sont que quatre », vous avez beaucoup plus de chances de rester calme.

Essayez d’attraper les pensées négatives qui vous viennent à l’esprit dans les situations qui vous mettent en colère. Remplacez-les par d’autres plus utiles.

Par exemple, plutôt que de dire « Ce n’est tout simplement pas juste », vous pourriez dire « C’est bouleversant, mais je peux y faire face ». Cela peut sembler gênant au début, mais essayez-le.

La colère est une émotion humaine. Cela peut nous motiver à persévérer face aux difficultés, peut être un moyen de réduire la tension et peut servir de signal pour faire face à un facteur de stress auquel nous sommes confrontés.

Il peut également nous nuire, à nous-mêmes, à nos enfants et à nos relations s’il n’est pas bien géré.

Trouver des moyens efficaces de gérer positivement ces sentiments d’agacement et d’irritation est important pour assurer des relations familiales positives.

A lire également