Comment pleurer la perte d'un parent éloigné

Comment pleurer la perte d’un parent éloigné

Quand la plupart des gens pensent au deuil, ils pensent à la mort. Le concept et l’acte vont de pair. Mais certains attristent les vivants. Certains pleurent des parents avant qu’ils ne soient perdus, et certains, comme moi, déplorent ceux qui sont encore en vie. J’ai pleuré ma mère des années avant sa mort. Et bien que la raison soit à la fois privée et complexe, je ne suis pas la seule. Au moins 27% des Américains sont éloignés d’un membre de leur famille. Mais à quoi cela ressemble-t-il de dire au revoir à des parents encore vivants ? Comment faire le deuil d’un membre de la famille éloigné ?





Nous avons demandé à plusieurs experts de se prononcer. Voici ce qu’ils avaient à dire.



Qu’est-ce que l’éloignement familial?

L’éloignement se produit lorsqu’au moins un membre de la famille s’éloigne d’un autre. Cela peut être dû à de nombreuses raisons. Certaines personnes « prennent du recul » en raison de conflits de personnalité. Le narcissisme en est un exemple clé. D’autres trouvent que la distance physique est une barrière, l’espace créant un coin littéral (et figuré). Grandir dans une situation de violence est une autre raison de l’éloignement parental.



Quelles sont les causes?

L’éloignement familial et, en particulier, parental peut être « causé » par plusieurs facteurs, notamment :


  • Maladie mentale
  • Dépendance
  • Abus dans l’enfance
  • Négligence grave ou insensibilités
  • Parentalité rigide, contrôlante ou dure
  • Parentalité à distance
  • Aliénation
  • Négativité
  • Conflit familial ou rivalité
  • Mensonge ou manipulation
  • Narcissisme
  • Distance physique



L’influence d’un tiers, tel qu’un conjoint contrôlant ou violent, peut également contribuer à l’éloignement de la famille, tout comme une grave différence de valeurs, c’est-à-dire que certaines personnes sont éloignées de leurs parents en raison de croyances religieuses, de convictions politiques et/ou d’orientation sexuelle.



Qu’est-ce qui rend le deuil d’un parent encore vivant si complexe ?

Bien que le deuil soit une expérience complexe, le deuil associé à la perte d’une personne encore en vie, en particulier d’un parent encore en vie, est compliqué en soi. « Faire le deuil d’un parent encore vivant est complexe car l’absence d’un parent peut être déroutante, inconfortable et/ou difficile à accepter », explique GinaMarie Guarino, conseillère en santé mentale agréée chez PsychPoint. Cela peut provoquer des sentiments d’abandon et de rejet, de tristesse et de honte. Selon Guarino, la culpabilité est une autre émotion courante.


« Faire le deuil d’un parent séparé est particulièrement difficile car notre culture est prompte à blâmer les enfants pour la perte de la relation », ajoute Kara Nassour, conseillère professionnelle agréée exerçant au Shaded Bough Counseling à Austin, au Texas. « Nous entendons souvent des messages comme ‘Quand as-tu appelé ta mère pour la dernière fois ?’ et « Je suis sûr qu’ils t’aiment vraiment après tout », de la part d’étrangers qui ne savent pas à quel point nos relations étaient/sont vraiment compliquées… mais les enfants adultes coupent rarement le contact avec leurs parents, sauf en dernier recours.



« Ce type de deuil est également difficile car il n’est généralement pas reconnu comme un deuil », ajoute Nassour, « C’est une perte réelle et douloureuse, qui ne doit pas être minimisée ou ignorée. »


Bien sûr, il convient de noter que tout le monde ne ressentira pas cela. Certains trouvent que l’éloignement est une bouffée d’air frais tandis que d’autres le trouvent stimulant. Ils trouvent le bonheur et la paix avec la « perte ». Quelle que soit votre réaction, sachez que c’est normal et OK.



Quelles sont les meilleures façons de gérer l’éloignement d’un parent ou d’un membre de la famille ?


Si vous vous trouvez aux prises avec la perte d’un parent encore vivant, souvenez-vous : vous n’êtes pas seul. Même si vous êtes à l’origine de la séparation, la situation peut être difficile. Les sentiments peuvent être à la fois accablants et intenses. Cela dit, vous n’avez pas à naviguer par vous-même. Nassour recommande de tendre la main aux autres pour une oreille et un soutien.


« Tendez la main aux personnes qui entendront vos expériences sans jugement, y compris les amis, les parents et les groupes de soutien. Lisez des livres sur les parents ayant des problèmes de santé mentale, tels que la toxicomanie, la maltraitance ou les troubles de la personnalité, pour vous aider à mettre vos expériences en perspective, et demander l’aide d’un conseiller ou d’un thérapeute. » Trouver quelqu’un à qui vous pouvez vous ouvrir pendant cette période difficile peut être le soutien dont vous avez besoin pour traverser cette période.


Bien sûr, vous pouvez aussi faire d’autres choses. Selon Nassour, vous pouvez vous entraîner à développer des limites saines, à la fois avec vos parents et les autres personnes de votre vie. Ceux-ci doivent refléter (et protéger) vos besoins. Ils doivent également être à la fois clairs et fermes. Vous pouvez et devez vous rappeler que vous n’êtes pas responsable des actions, des comportements ou du bien-être de vos parents. Ce sont des adultes. Vous ne pouvez pas les contrôler ou les modifier. Il est également important d’identifier ce que vous ressentez et d’accepter que, peu importe ce que c’est, vous êtes exactement là où vous devez être. Le deuil n’est pas linéaire. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de traiter cette perte.


« Donnez-vous du temps pour pleurer et du temps pour ressentir, que ce soit de la tristesse, de la frustration, de la honte et/ou du soulagement », dit Nassour. « Tu n’es pas une mauvaise personne pour ressentir ces choses. Tu es simplement une personne qui a besoin de temps pour guérir. »




« Se donner la possibilité de faire son deuil et de ressentir ses sentiments fait partie intégrante », ajoute Leanna Stockard, thérapeute conjugale et familiale chez LifeStance Health. « Vos émotions sont valables, et il est normal de ressentir la situation comme vous le faites, quel que soit ce sentiment. »

A lire également