Maman et bébé jouent à cache-cache

Les mères qui reconnaissent le bonheur des autres sont plus sensibles à leurs bébés dans les premiers mois de la vie

Les yeux écarquillés, un bébé attrape un jouet. Sa soignante, sentant son intérêt, apporte le jouet à sa portée.

« Géorgie! » le bébé s’exclame, et son soignant répond, « Oui! »

Lorsque le bébé s’agite, son soignant lui frotte le dos jusqu’à ce qu’il se calme. Le bébé sourit et sa soignante sourit en retour, dans un moment de ce que la psychologue Mary Ainsworth a appelé «plaisir mutuel.”

C’est la danse d’un nourrisson et d’un soignant réactif. Celles-ci « service-et-retour« Les interactions sont essentielles au développement des bébés. Mais pour les soignants, devenir un partenaire de danse réactif peut être difficile, et les chercheurs sont impatients de découvrir les compétences qui contribuent à l’épanouissement de ces interactions.

Au BabyLab de l’Université de Virginiemes collègues et j’explore les expériences précoces et les processus cérébraux qui jettent les bases des capacités sociales émergentes des nourrissons – y compris les expériences avec les soignants.

Dans une nouvelle étude publiée dans le revue Émotion, nous avons suivi 120 mères et bébés au cours des cinq premiers mois après la naissance. Nous avons constaté qu’être émotionnellement perspicace, ou capable d’identifier les états émotionnels des autres à partir de leurs expressions faciales, est un prédicteur clé de la prestation de soins sensibles – les comportements de service et de retour qui font un partenaire de danse réactif.

Au cours des premières semaines après la naissance, nous avons montré aux mères une série de visages d’étrangers adultes qui passaient d’une expression neutre à l’une des six émotions suivantes : bonheur, peur, tristesse, colère, dégoût ou un autre visage neutre. Leur travail était d’identifier quelle émotion ils voyaient et de le faire le plus rapidement possible. Ce n’est pas une tâche facile, et lorsque nous avons calculé la précision des mères, nous avons constaté un large éventail de performances, indiquant que certaines avaient plus de mal à reconnaître certaines émotions.

Quelques mois plus tard, nous avons invité les mêmes mères et leurs enfants de 5 mois dans une salle de jeux et leur avons simplement demandé de « jouer avec votre enfant comme vous le feriez normalement » pendant cinq minutes. À partir de vidéos de leurs interactions, nous avons pu observer comment chaque soignant réagissait aux signaux de son bébé.

Pour beaucoup, l’interaction s’est déroulée sans heurts, comme une bonne conversation. Même lorsque ces bébés pleuraient ou se comportaient de manière « difficile », les réponses adaptées de leurs mères ont rapidement aidé les bébés à s’installer et à reprendre l’importante activité du jeu. Pour d’autres, l’interaction était une lutte. Certaines mères ont essayé de contrôler ou d’interrompre le jeu de leur bébé jusqu’à ce que celui-ci devienne immobile et retiré, tandis que d’autres ont ignoré les demandes de confort et de connexion de leur bébé.

Des interactions réactives avec les soignants sont cruciales pour le développement des bébés.
Artem Varnitsin/EyeEm via Getty Images

Lorsque nous avons examiné la performance des mères sur la tâche de perception des émotions ainsi que leur comportement envers leurs nourrissons, nous avons constaté que la capacité d’une mère à reconnaître spécifiquement le bonheur – mais pas d’autres émotions comme la peur ou la tristesse – prédisait à quel point elle était sensible et réactive lorsqu’elle interagissait avec son bébé quatre mois plus tard.

Ce n’était pas que les mères sensibles exprimaient plus de bonheur envers leurs bébés – elles n’étaient pas plus « souriantes » que la moyenne. Au contraire, ils étaient particulièrement doués pour percevoir les émotions positives des autres. Il est possible que la capacité de reconnaître le bonheur chez les autres permette généralement aux mères de mieux ressentir spécifiquement le bonheur de leur bébé et de réagir en conséquence. Ainsi, les compétences de perception des émotions peuvent être une force cachée importante soutenant les soins sensibles dans les premiers mois de la vie d’un bébé.

Ce qui est particulièrement fascinant, c’est que les mères sensibles étaient plus perceptives des émotions positives mesurées à l’aide d’images d’étrangers adultes. Nous ne pouvons que supposer que les capacités perceptives des mères pourraient se traduire par la reconnaissance des émotions de leurs propres nourrissons, ce qui pourrait les aider à réagir avec sensibilité aux signaux émotionnels de leurs bébés.

Plus de questions à explorer

Notre étude ne comprenait que des mères vivant aux États-Unis. Nous les avons observés au cours d’une seule courte session de jeu avec leurs bébés. Reste à savoir si nos résultats seront similaires ou différents pour les pères, dans d’autres cultures ou dans des contextes plus stressants. Par exemple, il est possible que la reconnaissance des émotions négatives – comme la peur ou la tristesse – importe davantage pour les réactions des soignants lorsque leur bébé est bouleversé ou stressé. Nous espérons étudier ces possibilités à l’avenir.

Des interactions sensibles et réactives avec les soignants sont essentielles pour construire le cerveau des bébés et prévoir plus tard compétences sociales et même santé physique. Les résultats soutiennent les programmes qui renforcent les compétences émotionnelles des soignants, y compris la capacité de reconnaître la joie des autres. Comprendre les compétences d’intelligence émotionnelle qui soutiennent la prestation de soins sensibles peut aider à éclairer les interventions précoces pour favoriser des relations parent-enfant saines et sûres.

A lire également